Partagez
Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 46
Date d'inscription : 21/04/2014
Voir le profil de l'utilisateur

[Ragnarök] Résumé parties 2 & 3

le Sam 11 Aoû - 0:32
(Avril-Mai-Juin 824)

La traversée de la mer du nord entre le fjord et les îles bretonnes est longue et lente, le vent se montrant capricieux.
Suite à une tempête formidable qui aurait coulé n'importe quelle flotte franque, byzantine ou sarrasine, les deux snekkars sont déviés de leur route.
Lorsqu'enfin, une côte apparaît à l'horizon, nul ne sait de quelle terre il s'agit... La "Bretagne" à coup sur, mais où ? Alba ? Northumbrie ? Wessex ?

La cinquantaine de survivants du fjord prend position dans une crique cerclée de falaises. Un groupe d'éclaireurs, menés par Fenrir, Thorvald, Sigurd et Olaf est alors envoyé dans les terres. Ils trouvent un village modeste de quelques habitations. Pour éviter tout risque de fuite, ils massacrent tous les habitants jusqu'au dernier, le tout sans la moindre perte, ni même le moindre blessé.

Conscient que ce qui semble être une "route" commerciale traverse le hameau, Fenrir envoie deux guerriers suivre la route au sud (Sigurd et Olaf) et deux guerriers suivre la route au nord (Thorvald et Heldruna), afin de découvrir le village ou la ville la plus proche.
Thorvald et Heldruna sont repérés alors qu'ils approchent d'un gros village, mais ils arrivent à tuer tous les témoins, ils font néanmoins marche arrière après avoir caché les corps. En revanche, les nouvelles sont moins bonnes  venant de Sigurd et Olaf. Ces derniers sont en effet tombés sur une grande ville puissamment fortifiée.
Lorsqu'ils font leur rapport, Fenrir qui connaît bien les côtes de "Ouest-Anglie", devine qu'ils ont accosté au niveau de la frontière entre le Royaume d'Alba peuplé de Scots et de Pictes sous les ordres du roi Óengus II MacFergus et le Royaume de Northumbrie peuplé d'Angles et de Bretons, dirigés par le roi Eanred Ier.

Fenrir soumet au Jarl Egil l'idée de lancer des courts raids de part et d'autre de la frontière sans laisser de traces, afin de provoquer une guerre entre Scots et Angles et de ramasser les restes.
Mais le Jarl, guidé par le chaman Verdugn refuse catégoriquement et ordonne à toute la troupe de rejoindre les snekkars et de reprendre la mer... Plein nord.

Trois semaines s'écoulent alors, mettant les nerfs de tous les survivants à rude épreuve. Mais ces derniers survivent à tout... Faim, soif, cauchemars, maladies, tempêtes... Rien n'arrive à entamer la cinquantaine d'hommes, femmes et enfants du fjord.
Lorsqu'enfin ils accostent, ils se retrouvent sur une île immense, jonchée de rochers et de terre noire, fumante.
Sur les ordres du Jarl et du chaman, ordres absurdes selon Fenrir et Thorvald, la troupe porte les snekkars dans les terres pendant plusieurs jours éreintants.

Lorsqu'ils finissent par faire une pause, c'est sur une immense lande vallonnée. Et c'est là que le vieux chaman Verdugn, sans le moindre signe avant-coureur s'éteint, en paix après avoir béni tous les survivants.
Même Fenrir qui avait pourtant eu des griefs avec Verdugn est profondément touché.

Alors que le campement est en deuil, un immense troupeau de petits chevaux sauvages apparaît au loin et contourne le campement. Poussé par l'envie de chasser, Thorvald désobéit aux injonctions de Fenrir et part droit vers le troupeau.
Mais le "troupeau" décrit un mouvement trop linéaire, trop "parfait" pour être naturel et cela, Fenrir l'a remarqué. Secoué d'un mauvais pressentiment il ordonne à tout le monde de se regrouper en position défensive... Tout le monde obéit excepté Thorvald qui, comme un fou se précipite sur une bête tombée au sol d'une de ses flèches.

Alors que le "troupeau" décrit un cercle parfait autour du campement, les Valkyries, couchées et camouflées derrière l'encolure de leurs bêtes se relèvent alors.
Le mur de bouclier en cercle ordonné par Fenrir dépasse toutes ses attentes. Malgré la pluie de flèches, pas un seul viking ne meurt... Les Valkyries semblent frapper dans le vide... Mais la réciproque est vraie et après près d'une heure de combat... Pas un seul mort ne jonche le sol.
Même Thorvald, qui était isolé derrière les lignes ennemies et qui plutôt que de rester caché, "mitraillait" les Valkyries à l'arc, finit par survivre, maîtrisé par deux Valkyries, puis relâché.

Après près de trois heures de statut quo sans aucune perte, les deux camps s'observent en chiens de faïence. Alors une silhouette majestueuse émerge des rangs des Valkyries, elle est rejointe par Egil et après une brève discussion les Valkyries partent et Egil dit à ses hommes qu'ils sont sur le bon chemin et que les Dieux sont de leur côté.

Et force est de constater que le scepticisme des hommes est vite réduit à néant. Dès le surlendemain ils sont rejoints par la même Valkyrie majestueuse, seule cette fois, qui semble les guider.
Ils rejoignent alors une immense cité souterraine peuplée de petites gens, semblables aux elfes et gnomes de leurs légendes.
Là, ils sont accueillis amicalement par le petit peuple. Le Jarl Egil accompagne la Valkyrie dans une bâtisse et il n'en ressort que le lendemain... Métamorphosé.
Egil annonce à ses ouailles qu'ils sont les bienvenus à condition de se plier aux règles. Il annonce également qu'il a été "nommé" chaman par le Haut Roi du Petit Peuple. Et que donc par corollaire il abandonne son poste de Jarl et que quelqu'un doit lui succéder.

Fenrir est le seul a se présenter et il semble faire l'unanimité, quand tout à coup Thorvald, enivré par les boissons du petit peuple, trouve amusant de se présenter.
Entre le guerrier Ulfhednar, bras droit et protecteur du précédant Jarl et un modeste pécheur, les jeux semblent faits. Mais le petit peuple, témoin des débats, insiste pour que TOUS, y comprit les femmes et les enfants puissent voter... Et ces derniers votent majoritairement pour Thorvald "le nourrisseur".
Une fois le décompte achevé, c'est la stupéfaction... Egalité parfaite. Le seul moyen de les départager est donc un combat singulier.

Mais Thorvald a beau être un excellent pécheur, un bon pisteur et un archer émérite... En combat singulier contre Fenrir il s'écroule rapidement, vaincu, sans avoir même porté un seul coup.
Mais contre toute attente et contrairement aux vieilles traditions, Fenrir ne tue pas Thorvald. Il fait même plus que de lui laisser la vie sauve, il le relève, comme un égal, lui rendant ainsi son honneur et lui évitant les moqueries de tout le reste du clan.

Durant les semaines qui suivent, Egil renforce son influence en tant que chaman auprès du Petit Peuple. Il en va de même pour Fenrir qui guide d'une main de fer les survivants de son peuple.
Le Haut-Roi du Petit Peuple fait alors appel à Fenrir et à ses meilleurs combattants pour escorter une opération de minage. En échange, une partie conséquente du minerai sera utilisée pour forger des armes et des armures aux meilleurs guerriers vikings, et ce sur le même modèle que les équipements utilisés par les Valkyries.

L'opération de minage en elle-même est assez rapide, le Petit Peuple est bien organisé.
Tandis que Fenrir, Thorvald et la dizaine de guerriers choisis se demandent la raison de leur présence alors que le Petit Peuple se débrouille très bien tout seul, un grouillement se fait entendre provenant du fond de l'immense puits dans lequel minent les gnomes.
L'attaque est foudroyante, des êtres semblables à de minuscules trolls surgissant de tous les côtés, y compris des murs et du plafonds. La guerrière Valkyrie elle-même est submergée et n'est sauvée que par l'intervention de Fenrir.
De son côté Thorvald, dissimulé grâce à sa Côte d'Invisibilité, parvient à faire un massacre, se déplaçant efficacement le long des zones attaquées. Grâce à leurs efforts, la quasi-totalité de la cargaison est finalement sauvée. Seules pertes : 1 Chariot et 4 Gnomes.

Désormais complètement acceptés, les vikings voient en outre leurs dix meilleurs combattants équipés de mailles et d'armes hors du commun.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum